0

Tissu écologique ou l’histoire des questions.

Lorsque j’ai commencé à coudre, j’étais déjà sensibilisée sur les conditions de travail des ouvriers de la fast-fashion. Je le savais. Mais je me disais aussi

« je n’ai pas plus d’argent pour acheter ailleurs »,

« il faut bien que je m’habille »,

« ça donne du travail à des gens qui en ont besoin ».

Bref je me trouvais des excuses pour ne pas vraiment adapter mes actions à mes valeurs.

Heureusement j’ai évolué. Heureusement.

Et puis ma route a croisé le chemin de la couture. Ça a été littéralement saignant et violent (je vous raconte cette histoire ici). Et en plus de gagner une passion et un superpouvoir, j’ai aussi compris la puissance et la sérénité qui vient du fait d’aligner ENFIN mes actes avec mes valeurs.

J’ai arrêté de consommer des vêtements de la fast-fashion.

Fini les dissonances cognitives ? 🧐

Vous savez, ces points de frottements entre ce qu’on fait et ce qu’on pense qu’on devrait faire. Ces points de frottements qui jour après jour qui entachent notre estime de nous.

Fini ??

En fait, pas vraiment.

cadeau de noel fait main = une bonne idée?
MOI en pleine prise avec mes dissonances cognitives….🤪

Parce que les questionnements, les remises en question, sont devenus une seconde nature. En évoluant vers plus d’alignement, lorsque j’ai arrêté d’acheter des vêtements issus de la fast-fashion, j’ai ressenti la valeur de ce petit pas. Grâce à ce premier pas, je peux maintenant accueillir les nouvelles questions et remises en question avec moins de peur.

Coudre = éthique = écologique ?

Et des questions il en reste beaucoup.

  • Est-ce que les tissus sont polluants ?
  • Est-ce que les tissus peuvent aussi être source d’exploitation d’autres personnes ?
  • Comment reconnaître les tissus moins polluants ?
  • Comment coudre une garde-robe plus durable ?

Très vite je me suis rendue compte que la couture n’est pas toujours écologique.

  • Acheter tissus et patrons,
  • coudre,
  • accumuler,
  • ne pas porter ses cousettes.

Tous ces points m’ont beaucoup fait réfléchir, et si vous voulez en savoir plus sur une philosophie de couture plus durable, je vous recommande ces deux articles :

tissu bio motif voile coton biologique

Mais aujourd’hui, je veux vous parler d’un sujet plus compliqué. L’impact écologique et éthique de nos tissus.  

Comment choisir les matières premières ?

L’industrie de la mode et du textile est considérée comme la troisième industrie la plus polluante au monde. Plus polluante que tous les avions et tous les camions réunis…

AAAARGH 😱 😨

Et une grande partie de cette pollution vient de la production même des tissus et de leurs matières premières. Et tous les tissus, toutes les matières premières n’ont pas du tout le même niveau d’impact de pollution.

Pour vous aider, voici un petit résumer des différentes matières premières et de leur impact écologique.

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez en savoir plus sur les différentes fibres et ce que vous pouvez coudre avec, vous pouvez télécharger vos 10 fiches mémo gratuites.

1 : Le coton 

Le coton classique (comprendre non bio) est produit intensivement dans des régions du monde qui n’ont généralement pas un climat propice à cette culture. Le résultat est un assèchement des nappes phréatique pour l’arrosage intensif et une désertification de région entière.

De plus le coton classique utilise à l’échelle mondial 25% des pesticides alors que la culture du coton ne représente que 2% des surface cultivées mondiale.

C’est une culture principalement de type OGM qui a un très fort impact sur la terre, mais aussi sur les personnes qui la travaillent. En effet, la dose de produits chimiques utilisée est telle que la santé des personnes travaillant dans les champs est aussi durement touchée.

Culture de coton fleur de coton

Heureusement, il existe les cotons biologiques que sont 100% sans OGM, sans pesticide ou engrais chimique. Mais attention à bien comprendre les label (voir plus en détail dans le chapitre suivant)

2 : Le Lin

Le lin est la fibre cultivée la plus proche de nous. Elle est cultivée dans le nord de la France, en Belgique et aux Pays-Bas. De plus cette culture ne demande pas de pesticide, d’arrosage additionnel ou d’engrais chimique dans ces zones de culture. Écologiquement c’est une fibre particulièrement exemplaire. De plus elle soutient l’emploi local.

Cependant, depuis plusieurs années, le lin brut est majoritairement envoyé en Chine pour être filé et tissé. C’est un tissu qui gagne à être plus connu.

3 : La laine

La laine est aujourd’hui une fibre textile extrêmement peu utilisée dans nos garde-robes. Elle a été majoritairement remplacée par l’acrylique qui ressemble physiquement à la laine mais n’a pas du tout les même propriété (voir les fiches mémo pour plus de détails). Des associations pointent du doigt la production de la laine concernant les conditions de vie déplorables des animaux.

Si vous cousez (ou tricotez) de la laine, préférez la laine made in Europe ou les normes de production garantissent de meilleures conditions de vie des animaux.

créatrice tissu biologique GOTS

4 : La soie

Comme pour la laine, la soie est pointée du doigt pour la problématique des conditions de vie animale. De plus le verre à soie est tué, ébouillanté dans son cocon pour pouvoir préserver le fil de soie. La culture de la soie industrielle utilise beaucoup de « dopants » chimiques pour accélérer la vitesse de maturité des vers à soie. Il existe très peu de soie certifiée éthique ou écologique.

5 : La viscose et autres tissus en bambou

SI les tissus en viscose, en bambou et en eucalyptus sont effectivement issus de matières premières naturelles. Mais le traitement chimique pour transformer ces matières en fibre filable est extrêmement polluant. Les Tencel sont une meilleure alternative puisque le procédé chimique permet une meilleurs récupération et réutilisation des produits chimiques utilisés.

6 : Le polyester et l’acrylique

Le polyester et l’acrylique sont des fibres issues de la pétrochimie qui demandent, comme la viscose, un traitement chimique conséquent pour en faire une fibre tissable.

En plus de cet impact écologique très dur lors de la production, le polyester et l’acrylique sont aussi responsables de pollution de l’environnement tout au long de leur durée de vie. Et cette fois c’est directement dans nos machines-à-laver que ça se passe. Cet impact est absolument dramatique pour nos rivières, mers et océans. Pour mieux comprendre ce phénomène de pollution de polyester dans votre machine à laver, c’est ici.

Pollution océan microfibre plastique polyester fibre synthétique vêtement écologique durable responsable

Attention aux labels ?

Maintenant que vous connaissez un peu mieux les impacts écologiques des tissus, vous vous dites : « Mais comment on fait pour vraiment ajouter des tissus plus écologiques ? ». 🤓

La stratégie est simple. Suivons les organismes qui ont fait des études détaillées sur le sujet. Je parle des labels de qualité.

Il en existe plusieurs et tous ne se valent pas.

Les principaux sont :

1 : GOTS :

Le label le plus fiable, zero OGM, pesticides ou engrais chimiques et respects des conditions de travail, pas de travail des enfants.

certification textile ambition GOTS BCI Oeko-tex EU-ecolabel

2 : BCI

Ce label est en réalité un ensemble de recommandations sans véritables test set contraintes finales. Ce label propose une façon de faire plus écologique que la culture du coton classique, mais elle ne le garanti pas.

3 : Oeko-tex

Ce label très rependu est en réalité un label certifiant qu’il ne reste aucun produit toxique sur le tissu fini. Ce label ne garantit pas que les matières premières soient bios ou écologiques. C’est un label axé sur la santé du consommateur.

Il existe bien d’autres label textile pour certifier les tissus bio, écologiques, et- ou éthiques.

Pour en savoir plus sur ces autres labels, rendez-vous ici.

Vous avez compris, pour acheter des tissus écologiques et bio, faites bien attention aux labels !

Les options 100% durables et petit prix

Mais pour coudre durable, il existe aussi une autre solution. Souvent moins cher, cette option de couture durable n’est pas beaucoup mise en avant dans le microcosme couture. Pourtant, cela s’apparente à un double super pouvoir.

Pour coudre durable, rien de tel que :

1 : d’acheter des tissus en seconde main et de leur éviter de passer à la poubelle.

2 : de transformer ou up’cycler des vêtements usés ou démodés.

Pour cette dernière option de couture durable, je vous recommande chaudement ce blog qui propose beaucoup d’option d’up’cycling toutes plus cool et tendance les unes que les autres. C’est fou ce qu’on peut coudre de sympa avec des vieux vêtements.

popeline coton bio GOTS Mars-ELLE liberty jaune moutarde

Mars-Elle

Author Mars-Elle

More posts by Mars-Elle

Laissez un commentaire

✄ Envie de Vraiment comprendre vos tissus ? 

➨ Demandez vos 10 fiches gratuites pour ENFIN comprendre tous les secrets de vos tissus et ne plus vous tromper :