0

 

Depuis que je couds, mon cœur balance entre deux pôles presque contradictoires : plaisir et utilité. Et ce n’est pas toujours simple à gérer…  Alors aujourd’hui je décortique point par point ce qui me tracasse et ce que j’aime dans la couture.

 

Et comme je discute souvent avec vous sur Instagram de cette problématique presque philosophique, je me suis permise de parler aussi de ce qui VOUS tracasse (à la fin de l’article).

 

Mais commençons par le commencement…

 

tutoriel couture jersey turc astuce pas-à-pas

Le commencement du commencement du plaisir.

La couture : du choc à l’émerveillement

 

Lorsque je suis accidentellement et violemment entrée en collision avec la couture (ou plus précisément avec la jolie Elna verte de ma grand’mère), j’ai plongé dans un nouveau monde de possibilités créatives. J’étais comme les enfants Banks qui plongent dans la baignoire avec Marry Poppins et découvrent le monde magique et insoupçonné où leur bateau pirate vit une vie parallèle !

 

Tout d’un coup, le monde dans lequel je vivais n’était plus le même. J’ai lutté des heures pour amadouer la vieille bête de couture de 1960. Je passais une moitié de ma vie sur Internet à chercher des tutoriels pour maitriser de nouvelles techniques et l’autre moitié à regarder les finitions des vêtements dans les magasins.  J’ai cousu des pochettes, des  accessoires et puis des vêtements. Je suis devenue complètement et irrévocablement addicte.

 

Et cette addiction me va très bien, parce qu’elle a apporté deux dimensions essentielles dans ma vie :

  • la réalisation,
  • la créativité.

 

Et ces essentielles n’ont cessé de remplir mon quotidien et d’alimenter ma passion. Mais très vite, trop vite, elles sont entrées en concurrence….

 

Je vous explique pourquoi !

 

couture durable écologie slow couture tissu bio coton imprimé

Tenue 100% home made (top burda, Pantalon patron maison, et Kimono patron maison en popeline Bio de Mars-ELLE

Le plaisir de votre réalisation en couture : c’est rationnel, c’est utile et c’est « aligné ».

 

Le premier aspect c’est la réalisation pure !

 

Parce que dans ma vie il y avait bien peu de choses de j’avais vraiment FAITES, moi-même. Au boulot, je travaillais dans une équipe de plusieurs dizaines de personnes. J’étais une petite roue d’un processus bien rodé et organisé. Dans mon quotidien, il y a les tâches « ménagères ». Certes, c’est utile mais c’est surtout très banal, effroyablement répétitif et donc pas très durable… Je viens de passer l’aspirateur et le lendemain c’est déjà le bazar ; je viens de cuisiner et dans quelques heures on repasse à table ! (Vous connaissez ça aussi?)

 

Avec la musique et le dessin, j’étais plus dans la création que dans la création à proprement parler. Le plaisir est dans l’action plus que dans le résultat, éphémère.

 

tissu bio popeline coton fleur Mars-ELLE GOTS coton biologique couture durable écologique motif imprimé couleurs vives rouge bordeaux vert turquoise jaune moutarde

Le plaisir de réaliser, c’est le plaisir de la réalisation terminée !

 

Je n’avais pas de passion créative à mon actif, comme de relier des livres, construire des meubles, tricoter des écharpes ou créer des bijoux fantaisies. Cet aspect de réalisation pure, c’est la couture qui me l’a apporté, ça a changé ma vie ! (sans exagérer)

 

Le plaisir de la réalisation c’est quatre points essentiels pour moi :

 

1- Je peux être fière de ce que je réalise.

 

La fierté, est une sensation très agréable. Dans ma vie d’avant, je n’avais pas grande fierté de ce que je faisais. Parce que je ne réalisais peut-être pas grand-chose. Ou bien parce que je faisais partie d’un trop grand processus, qui me dépassais.

 

Avec la couture, vous cousez grâce à VOS doigts et grâce à VOTRE cerveau. Et cette sensation est incroyablement puissante ! Ce que je porte, c’est MOI qui l’ai réfléchi et l’ai réalisé de mes petites mains. Qu’importe qui le sait, je le sais, et cette fierté intérieure je l’ai à chaque fois, que je porte un simple t-shirt ou une veste doublée passepoilée.

 

couture durable écologie slow couture tissu bio coton imprimé

Aucun doute, je suis super fière !

2- Je peux réaliser plutôt que de consommer.

 

Ce n’est pas toujours simple, dans notre société de consommation, que de respecter ses propres valeurs écologiques.

 

N’est ce pas ?

 

La société de consommation nous pousse à acheter des nouveautés, à avoir de nouveaux styles, à utiliser de nouvelles technologies et nous encourage à participer activement à cet emballement. Tout d’un coup, avec la couture, j’ai réalisé que je pouvais vivre autrement, coudre plutôt que d’acheter.

 

En plus de la fierté de porter MES vêtements, la couture m’a permis de me réaligner avec mes valeurs écologiques.  (Je vous parle ici de mes 5 années sans shopping fringues grâce à la couture).

 

garde-robe durable cousue main challenge 5 ans sans shopping fast-fashion mars-ELLE tissu bio

 

3- Je peux réfléchir à la valeur et à la nécessité des choses qui m’entourent.

 

Coudre une chemise, ça prend…. beaaaaucoup de temps.

 

Vous le savez bien !

 

Alors avant de me lancer dans ce type de réalisation, j’ai appris à réfléchir et à bien mesurer ce dont j’ai besoin. Cette chemise est-elle bien nécessaire ? Pas comme ces vêtements du prêt-à-porter qu’on achète quelques euros sous une impulsion marketing et puis qui restent dans le fond d’une armoire.

 

Cette époque de ma vie est révolue.

 

La couture a ancré en moi cette réflexion sur « mon besoin des choses ». Une fois cousue, je vais donner énormément de valeur à cette chemise que j’ai mis tellement de temps à concevoir, à couper et à coudre. J’ai appris à apprécier cette valeur, à l’aimer et à la chérir, contrairement aux vêtements achetés trois francs six sous qu’on ne pleurera pas s’ils sont troués ou tachés…

 

C’est la puissance du fait main et de la fierté combinés, l’émotion en plus!

 

couture durable écologie slow couture tissu bio coton imprimé

La petite veste qui va me protéger du soleil tout l’été et qui servira mi-saison à me réchauffer en soirée (en popeline de coton bio dispo sur le site)!

 

4- Je peux mieux réfléchir au coût des choses qui m’entourent.

 

Petit à petit je me suis rendue compte que les prix des vêtements dans le prêt-à-porter étaient ridiculement bas comparés à la « valeur » que je mettais dans mes coutures. Bien sûr on est très mal placé pour mettre un prix sur ce qu’on réalise soi-même. Mais tout de même, la différence entre les deux était abyssale.

 

Et de questionnement en investigation, j’ai compris que la fast-fashion est un système qui repose beaucoup sur l’exploitation humaine. Le problème c’est que nous nous sommes habitués à ne plus payer le prix juste de ce que nous consommons… Et cette perversion de la fast-fashion a des impacts profonds sur notre tissu social et sur l’organisation même de notre société.

 

La couture m’a permis de revaloriser le travail de chacun. Payer pour le temps, les savoir-faire et l’expertise nécessaires à la réalisation de mes vêtements, et de tous mes autres biens de consommations, c’est simplement normal !

 

coton bio couture écologie durable

Le plaisir de la création: la graine de passion

 

A coté de ce plaisir de la réalisation, de la fierté d’avoir un vêtement fini, unique et fait-main et de l’alignement de valeur, il y a le plaisir de la création.

 

Et pour moi, c’est tout à fait différent !

 

La couture a été le déclencheur d’une passion latente. Et ce déclencheur a allumé un feu d’artifice grâce à ce plaisir de la création.

 

Ce plaisir, je le vois comme un fondamental qui s’articule en trois préceptes :

couture durable écologie slow couture tissu bio coton imprimé

Et si vous aimez ma petite veste kimono, le tissu popeline de coton bio dest disponible directement ici !

1- Le plaisir des tissus : les portes de mon Nirvana

 

J’ai toujours aimé le textile. J’aime profondément toucher les étoffes, contempler les motifs, sentir les textures et comprendre leurs histoires. Je pourrais vous parler des heures de mon amour pour les tissus. Et bien avant ma rencontre avec la vieille (mais vaillante) Elna, j’achetais déjà des tissus…

 

Non pas pour les possibilités créatives de ces tissus ; je n’avais pas encore ouvert la porte de cet univers incroyable !

 

Mais simplement pour le plaisir du tissu. Je les touchais, je ramenais une petite partie de leur beauté avec moi, parce que mon esprit rationnel m’empêchait d’être une  collectionneuse. Parce que « ça ne sert à rien » quand on ne sait quoi en faire !

 

Alors, lorsque la couture est entrée dans ma vie, le verrou a sauté, je savais quoi faire et comment réaliser mes rêves. Cette passion textile a donné lieu à un grand feu d’artifice intérieur, permanent. Une sorte de nirvana rempli de coton et de soie.

 

Mars-ELLE tissu biologique coton jersey organic fabric

2- Le plaisir des possibilités créatives : Nirvana au chocolat

 

Des tissus d’amour combinés à une infinité de possibilités de réalisations, l’orgasme créatif quasi continu n’est pas loin.

 

Non je n’exagère pas !

 

Mon cerveau est en permanence en train d’imaginer des combinaisons, des déclinaisons, des adaptations :

  • Lorsque je me promène, je vois une femme portant un joli pantalon, immédiatement mon cerveau scanne mon stock de tissus et cherche celui qui pourrait faire l’affaire.
  • Si mon regard tombe sur une pub de vêtement de luxe, je vais instantanément classer un détail dans mon fichier mental : « idée à adapter sur un sweat ».
  • Lorsque ma petite nièce porte deux fleurs des champs dans les cheveux, ma main est déjà en train d’imaginer le tomber d’un tissu avec ce même motif.

 

Bref, c’est permanent, c’est intense et c’est merveilleux !

 

J’ai rêvé de milliers ou de millions de cousettes, de mélanges improbables de tissus et patrons, de vêtements pour moi et pour vous, d’associations de couleurs, de textures et d’ambiances. Et chaque rêve, c’est comme le chocolat noir au zeste d’orange de mon pays : une dégustation puuuuur plaisir, mon Nirvana au chocolat.

 

couture durable écologie slow couture tissu bio coton imprimé

Ce col, ces poches, cette longueur, cette légèreté, cette couleur, j’ai tout rêvé, encore et encore.

3- Le plaisir du geste : Zen-couture

 

Depuis quelques années, il y a un essor de la pratique de la Pleine Conscience. Je ne sais pas si vous êtes adeptes de ce type de méditation. Moi, j’essaie mais je n’y arrive pas !

 

Quand je dis « STOP » à mon cerveau, il m’écoute environ deux secondes et demi. Parfois trois. Et puis il repart dans sa course éperdue des choses à faire, dans des digressions d’idées farfelues et dans des cascades de conséquences surprenantes.

 

SAUF quand je couds.

 

Quand je couds, l’enchainement de mes pensées annexes et connexes s’arrête. Il n’y a plus que la réalité de la couture. L’aiguille qui monte et qui descend. Le tissu qui se plie ou se détend. Le focus est total, l’abandon est majeur. J’y suis : « extinction du désir humain, entraînant la fin du cycle des réincarnations. État de sérénité complète ».

 

blog couture tutoriel couture facile Mars-ELLE coton biologique tissu biologique

La couture: ma méditation à moi !

 

Et cet état est absolument merveilleux ! J’aime comprendre l’enchainement des étapes de couture. J’aime sentir le tissu sous mes doigts, j’aime voir le vêtement prendre forme.

 

Bien sur, mon lexique de nom d’oiseaux s’agrandi parce que je suis toujours un peu maladroite… Mais le fond reste le même et l’apprentissage est éternel. Et la couture n’en reste pas moins un moment d’incroyable plénitude !

 

A ce stade, c’est comme de manger mon chocolat noir au zeste d’orange, balancée dans un hamac en écoutant les oiseaux chanter ! Quoi d’autre ?

 

Vous le voyez bien, le plaisir ultime zen-couture dans mon Nirvana au chocolat ?

 

Plaisir de création + plaisir de la réalisation = conflit d’intérêt ?

 

Et voilà, mon cœur qui balance entre le plaisir de réalisation et le plaisir de création, le besoin d’alignement avec le réel et l’abandon à mon nirvana couture. Balance ? Parfois je ne vais pas vous mentir, le hamac est plutôt secoué, c’est un vrai tiraillement…

 

couture durable écologie slow couture tissu bio coton imprimé

 

Ce sujet est un point récurent et important pour moi depuis le début de cette passion pour la couture. Parce que oui, le plaisir du tissu et de la création rentre parfois en conflit avec mon besoin de réalisation et mes valeurs.

 

  • Poursuivre mon plaisir de création voudrait dire : acheter beaucoup de tissus, coudre beaucoup, mettre en œuvre toutes mes idées. GAME OVER du point de vue de mes valeurs.
  • Poursuivre mes valeurs de réalisation voudrait dire : être raisonnable dans mes achats, raisonnée dans mes idées, réaliste dans mes créations. GAME OVER du point de vue de mon nirvana Zen.

 

Pour être honnête, les deux situations sont un peu caricaturales. En réalité, j’oscille plus d’un plaisir à l’autre. Comme une sorte d’équilibre dynamique… Je n’ai pas de projets 100% dans une des catégories, l’une et l’autre m’attirent et me repoussent. J’oscille toujours entre les deux et je me pose encore des questions sur ce fameux point du parfait d’équilibre que je passe et repasse inlassablement toujours avec le même plaisir !

 

 

Alors pour ne pas me perdre, ou risquer d’abandonner un de ces deux plaisirs, je me suis mise des garde-fous :

 

  1. Garder du plaisir de création, quelques soit la cousette en jeu. Oui, même pour des sac-à-vrac, je veux avoir du plaisir.
  2. Rester alignée avec ma série de 15 réflexions pour coudre raisonner et raisonnable.

 

Et votre paradoxe à vous, entre création et réalisation, il s’écrit comment ?

 

Ce sujet de paradoxe de la couture, entre le plaisir et l’utile, fait partie de ma vie. C’est un aspect que j’aime évoquer et partager et sur lequel j’apprécie votre avis.

 

couture durable écologie slow couture tissu bio coton imprimé

 

Nous avons eu une super-conversation à ce sujet, grâce à Instagram. Et en comptant scrupuleusement vos réponses, je suis arrivée à la statistique suivante (non-validée par un organisme de comptage agréé) :

 

  • 29 % d’entre nous sont des poly-amoureuses qui s’épanouissent parfaitement entre le plaisir de création et le plaisir de réaliser un vêtement fini (je veux votre élixir de bonheur),
  • 42% d’entre nous sont des inconditionnelles du plaisir de coudre dans toutes ses déclinaisons, dont beaucoup d’adeptes de la sous-secte du « plaisir-de-rêver-des-projets-possibles »,
  • 39% d’entre nous sont des disciples du plaisir du vêtement ou de la cousette FINI, dont beaucoup de fidèles à la sous-secte du gros kiff de « c’est-moi-qui-l’ai-fait ».

 

Et puis, j’ai eu quelques conseils super sympa pour combiner ces deux pôles parfois un peu opposés (il faut bien l’avouer) tout en ajoutant un plaisir en plus :

 

Le plaisir d’offrir !

 

Non, pas offrir n’importe quoi qui va finir sur une étagère, dans le fond d’un placard, ou encore à la poubelle. Les règles de couture raisonnée sont aussi d’application pour ce que je veux offrir. Mais les possibilités, sont bien plus nombreuses ! Voilà donc d’une pierre trois coups (ture).

 

Vous êtes dans quelle classe de plaisir ?

A quoi il ressemble votre Nirvana couture ?

 

 

 

 

📌 Psssst: Envie de garder cet article sous la main ou de le partager ? Alors, épingle-le sur Pinterest  📌

Pinterest inspiration couture durable écologie slow couture tissu bio coton imprimé

✂ Envie de tout connaitre de vos tissus ?

✂ 10 fiches mémo pour connaître tous les petits secrets sur vos tissus et ne plus jamais vous tromper :

Mars-Elle

Author Mars-Elle

More posts by Mars-Elle

Join the discussion 12 commentaires

  • kiki34 dit :

    Et bien moi, tout me plait dans la couture: coller les feuilles PDF, décalquer, couper mon tissu, faire attention aux raccords, réfléchir au sens de la coupe. La cerise sur le gâteau, c’est la couture finale, le vêtement qui prend forme, les essayages , le dernier ourlet point final du projet. Je kiffe la couture à la main( quoique j’ai de plus en plus de mal, rapport au syndrome du canal carpien) . Quoi de plus beau qu’un point invisible, vraiment invisible. Au risque de me faire moquer, je raccommode: les chaussettes, les vieux torchons en lin, je ne dors que dans des vieux draps de lin superbement brodés par nos grands-mères , le plaisir absolu en été!!! J’adore récupérer ces merveilles, dans les vide-greniers. Lorsqu’ils sont abimés je reprise le plus finement possible ou je transforme ce qu’il reste, en vêtements, en trousses, sacs à vrac ou objets divers. Je viens de découvrir la teinture pour tissus et ça m’ouvre de nouveaux horizons. Beaucoup de personnes détestent » perdre du temps » à épingler, à changer un pied de biche, à faufiler, à faire des fronces à la main. Moi je n’ai pas l’impression de perdre mon temps, au contraire, en prenant mon temps, j’essaie d’éviter les erreurs, parce que ce que je déteste en couture,….. c’est le découd-vite!!!!

    • Mars-Elle dit :

      Aucun risque de te faire moquer !Merci pour ton analyse de plaisir parce que rien que de te lire est détendant. On sent beaucoup de plaisir et de Zenitude dans ta relation à la couture. C’est super inspirant. Mais je vois bien que tu es quand même réelle et pas une super bouddha woman de la couture, parce que toi aussi tu as une chose que tu déteste 😉 ! Faut quand même bien avouer que le plaisir de coller des patrons pdf m’est presque inconcevable…. sur ce coup là, je pense que tu es une espèce rarissime.

  • cyqlaf dit :

    Mon plaisir couture, le vrai de vrai ? Il ressemble à ………. du tricot. J’adore tricoter. Je ne ferai que ça. Mais comme les culottes en laine, ça pique, je couds. Je ne dis pas que c’est désagréable mais clairement, je couds par obligation. Je couds parce qu’il faut s’habiller, parce que nous n’avons pas un format « classique » et que les valeurs du PAP ne sont pas les miennes. Mais de là à dire que j’aime ça, non, je ne crois pas. Je déteste décalquer les patrons, je déteste ajouter les marges de couture, je n’aime pas couper mon tissu, épingler me gave, repasser, surpiquer, bon, si vraiment il faut le faut le faire … Par contre, enfiler mon simple tiche ou voir un des membres de la famille en « Moi » /* Comme on dirait en « JP Gautier » ou en « Dior » */, ça, j’avoue, j’aime bien. Surtout quand c’est … un gilet !!! Ou un pull !
    Bref, je couds. Mais je me soigne !

    • Mars-Elle dit :

      Hahaha, ça serait intéressant de comparer le plaisir en couture et en tricot… Mais je ne suis pas de cette team là. Et puis le plaisir de voir ce que tu as cousu, de voir ta famille porter fièrement tes cousettes et la satisfaction d’éviter le Pret-à-porter, ça compte vachement aussi dans l’échelle du plaisir couture ! et surement dans l’échelle du plaisir tricot ! 😉

  • cecile dit :

    Pour moi c’est un retour vers le travail manuelle. J’ai toujours été attirée par les traveaux manuelle. le plaisir de réaliser de mes mains quelques chose. Le plaisir d’apprendre une nouvelle tecnhique. Il y a un sens dans ce que je fais.
    pendant longtemps mon dada c’était la broderie, qui me faisait le même effet zen, j’ai un peu réduit mais le reprends de temps en temps.
    Je reprends la couture dans le but de coudre mes vêtements, mais je ne veux pas coudre au kilomettre. Je prends le temps de me familiariser avec un techique, de la mettre en pratique sur le vetement en cours. Du coup, je me fixe des étapes, je prends le temps de les réalisé, et quand je sens que je fatigue, j’arrête. Pour garder le plaisir d’avoir cousu. Et puis je me replonge dans les techniques de bases, telles que le faisaient nos grand mères: elles n’avaient pas tous les accessoires et gadget, ni même tous les pieds pour une machine et pourtant faisaient de beaux vêtements. Alors je me mets dans ces conditions, en me disant comment faire sans, ou avec ce que j’ai, je prends plaisirs à le faire : des fronces avec un pieds normal, ou à la main, même une boutonière au pied normal, je teste les réglages, je prends des notes. c’est le plaisir de faire soi même ce que la machine aurais fait tout en apprenant un savoir faire. d’un coté ça me permet de ne pas céder tout de suite à la tentation d’un nouveaux gadget. De ce fait ma production est ralentie, mais je ne saure pas. J’ai même pris le plaisirs de quelques coutures à la main , de réparations. je vais essayer d’allier broderie à la main ( que je maitrise), avec couture, pour décorer mes créations.
    avec la multitude d’outils ( certains ont leur utilité) qui font à notre place on oublie ses savoirs.

    • Mars-Elle dit :

      Merci beaucoup Cécile pour ce partage d’expérience et de plaisir couture super intéressant. Je te rejoints complètement sur le plaisir d’apprendre (ou de ré-apprendre) des savoir-faire. je pense que c’est urgence à notre époque. Et oui, le trop plein d’outils nous font perdre des savoir-faire précieux !

  • Muriel dit :

    Tes réflexions sont toujours passionnantes et pertinentes. en ce moment, je dois reconnaître que je traverse un moment un peu vide en couture. Je n’ai pas trop envie de coudre car en fait, je me suis rendue compte que je n’en ai pas besoin, ayant beaucoup (trop ?) de vêtements. Je porte des vêtements achetés depuis plus de 10 ans et ils sont toujours à ma taille et impeccables ! Et je n’ai pas envie de coudre uniquement pour l’acte de coudre. Et puis je trouve très fastidieuses les parties « décalque du patron » et « découpe du tissu ». Je n’y trouve aucun plaisir ! La couture est donc pour moi avant tout une utilité mais alliée au plaisir du DIY et de faire selon mes goûts.
    Et puis je me heurte au fait que mon niveau n’est pas suffisant pour coudre les pièces importantes qui me manquent (manteau par exemple). Donc, je dois progresser mais cela demande plus de pratique et donc, je suis dans un cercle un peu vicieux.
    Peut-être devrais-je me lancer dans les petits accessoires sympathiques et permettant de progresser et de laisser parler sa créativité ?
    Merci en tout cas de tes réflexions qui me permettent de mieux faire émerger les miennes et d’avancer.
    Très bonne journée à toi !

    • Mars-Elle dit :

      Merci Muriel de partager tes ressentis sur la couture ici. Je pense que d’avoir des moments « à vide » c’est assez normal. Le tout c’est de savoir pourquoi… Les accessoires, c’est une très bonne idée pour progresser en couture. Pourquoi pas te lancer dans dla couture d’accessoires qui te font plaisir (ou qui peuvent faire plaisir à offrir) et qui sont un peu challengeantes pour toi avec des nouvelles techniques ou qui demandent de la précision, (si c’est ça que tu cherches). Je trouve que la couture à ceci de géniale (en plus de tout le reste) c’est qu’elle a plein de facettes différentes à explorer: se coudre égoïstement des vêtements, couture techniques, couture pour offrir, couture vite-fait-et-utile, couture pour se faire plaisir et passer un moment loin des autres contraintes, etc. Belle réflexion couture à toi et je l’espère belle couture aussi !

    • Bonjour, peut-etre que des cours de couture t’aideraient à passer ce cap. IL faut juste etre vigilante au genre de cours parceque les clubs proposent soit « tout le monde pareil » (generalement les magasins de couture proposent çà aussi ) mais sur des fondamentaux que tu maitrisent peut-etre dejà. D’autres clubs d’un niveau technique superieur et plus difficicle à trouver proposent des seances « libres de projet » où chaque eleve coud ce qu’il a en envie (par exemple un manteau) selon son niveau. Les cours ont un pris non negligeable mais parfois qq seances suffisent pour que l’animatrice t’aide sur le passage difficile. A part çà, tout le monde se fait un monde pour un manteau mais ce n’est pas si compliqué. Certains sacs doublés peuvent etre plus difficiles qu’un manteau basique… Lance-toi en faisant un brouillon avec un tissu de recup et tu verras…

      • Mars-Elle dit :

        En voilà une bonne idée pour apprendre à coudre un manteau.J e recommande le type de cours de couture ou tu peux venir avec ton projet. ça permet vraiment d’avancer à ton rythme et d’apprendre les techniques de couture qu’il te manque pour progresser ! Merci Ester pour cette super proposition (comme toujours).

  • Anouk dit :

    Je me suis mise à coudre à la main, adieu la machine à coudre , et je prends un plaisir intense à coudre mes habits tranquillement point par point….

    • Mars-Elle dit :

      ça c’est le sommet de la couture Zen. j’avoue que je n’en suis pas là, même si je prends un peu plus de plaisir à prendre du temps pour faire tranquillement les finitions à la main. Avant je trouvais toujours un moyen de finir mes coutures à la machine. Mais c’ets tellement plus joli à la main. ET oui, ça a un coté super relaxant dans nos vies super remplies !

Laissez un commentaire

✂ Envie de tout connaitre de vos tissus ?

✂ 10 fiches mémo pour connaître tous les petits secrets sur vos tissus et ne plus jamais vous tromper :