0

Parce que nous sommes couturières, nous pensons bien connaître les tissus et en particulier le coton qui est une des fibres les plus répandues… en pourtant, ce n’est pas le cas.

Et pourtant, c’est très rarement le cas. Comme couturières, nous développons une approche vaguement intuitive sur les différents tissus. Mais notre manque de connaissances, notamment sur les fibres textiles nous amène régulièrement à faire des erreurs de casting tissu-patron.

Rien de plus rageant après des heures de couture.😱

Personnellement, j’ai eu un véritable besoin de mieux comprendre mes tissus pour mieux les choisir et mieux les coudre. Toutes ces connaissances utiles pour les couturières, je l’ai ai mise dans le guide pratique des tissus aux Éditions Mango.

guide pratique tissu

Mais aujourd’hui, suite à une conversation avec une cliente sur les propriétés du coton, je me suis rendue compte, que même la fibre la plus répandue en couture, reste souvent mystérieuse et mal connue.

Pourquoi mieux connaître ses tissus

Depuis que je suis devenue une mono-maniaque-passionnée des tissus, je me rends compte combien il est primordial de bien les connaître pour enfin bien les choisir et bien les coudre.

A mes débuts en couture, comme beaucoup de couturières, je choisissais le tissu au coup de cœur, bien souvent sur l’imprimé. Oui j’adooooore les tissus imprimés, et depuis j’en ai même fais mon métier. Mais cela n’excuse rien. Parce que même avec l’imprimé le plus parfaitement parfait, si le tissu est mal choisi, la cousette finale sera un raté.

Je me souviens d’un tissu tellement beau que j’ai voulu utiliser pour me coudre un petit haut. Mais le tissu était tellement rigide, que je pouvais à peine bouger dedans.

Culture de coton fleur de coton

Et un raté.

Je me souviens d’un tissu corail avec des petites fleurs délicates. Une merveille. J’en ai cousu une robe. Je l’ai portée deux fois. Le problème ? Après 21 minutes, je sens le Lama après une séance de kungfu. Et oui, les fibres synthétiques, c’est typique pour les odeurs.

Et un raté de plus

Il y a eu aussi ce petit chemisier en viscose que j’ai presque passé à la « déchiqueteuse » parce que je n’ai pas utilisé une aiguille appropriée. Et oui, la viscose c’est un tissu super fragile. Mais ça je ne le savais pas. (Depuis j’ai banni la viscose de mon stock de tissu, mais pas parce que j’ai la flemme de changer mon aiguille, rien à voir. C’est une question purement écologique. Si le sujet vous intéresse, rendez-vous dans les fiches mémo gratuites sur les matières premières)

Et encore un raté.

La liste est, malheureusement assez longue.

Et double malheur : je ne suis pas du tout la seule à collectionner ce type de ratés.

Heureusement pour moi, depuis que je me suis plongée dans l’analyse et l’étude des tissus, mon pourcentage de raté en couture à connu une chute vertigineuse.

nouveaux tissu bio Mars-Elle

Je vous rassure tout de suite. Pas besoin pour vous de faire le même chemin de geek-tissu que moi. Parce que j’essaye le plus possible de vous partager les ressources et les infos pour que vous puissiez aussi drastiquement limiter vos ratés en couture.

Les huit caractéristiques des tissus en coton

1-Respirant

La fibre de coton est une fibre respirante. Cela signifie que lorsque nous transiront (ce qu’on fait 24h /24, même en dormant), la vapeur d’eau que nous évacuons peut traverser la fibre de coton. C’est topissime pour les odeurs et la fraicheur de nos vêtements en fin de journée.

Attention, ça c’est pour la transpiration sous forme de vapeur. Parce quand il est question de sueur… mieux vaut lire le point suivant.

2-Absorbant

Liquide + coton = coton mouillé.

Le coton est une des fibres naturelles les plus absorbante. Ce qui est absolument super pour nos serviettes de bain, nos torchons de vaisselle, ou les inserts de nos culottes menstruelles (pour en apprendre plus sur les bons tissus à choisir pour les SHL et les culottes menstruelles).

Par contre, là où ça se corse, c’est lorsqu’il est question de transpiration sous forme de sueur. Personnellement, après un gros stress ou une course poursuite contre mon bus qui pour une fois est passé en avance, je perle littéralement. Et c’est là que le coton n’est pas le meilleur de tous nos amis, parce qu’il absorbe trèèèès bien cette sueur.

Bref, le coton pour faire du sport en mode « transpiration intensive », ce n’est probablement pas l’idée la plus confortable.

3-Non isolant

Au rayon des fibres naturelle, le coton n’est pas du tout la fibre la plus isolante. Mais alors, pourquoi porter du coton lorsqu’il fait froid ? (Avec du molleton ou du velours de coton par exemple.)

échantillons de molleton et jersey bio de chez mars-ELLE vendu au mètre GOTS

En réalité, la caractéristique isolante d’un tissu ne dépend pas que de la caractéristique intrinsèque de la fibre. Le coton n’est certes pas le champion de l’isolation, mais cette faiblesse est compensée par l’épaisseur du tissu pour des tissu comme le molleton, certains jersey épais ou le velours.

4-Résistant à l’usure

Revoilà une grande qualité de la fibre de coton.

Cependant, il faut rester vigilant. Nous parlons bien de la fibre de coton et pas de TOUS les tissus en coton. En effet la fibre de coton et beaucoup plus résistante à l’usure que les fibres artificielles, synthétique et que la majorité des fibres naturelles.

Mais cette qualité intrinsèque de la fibre peut être combinée avec des tissu qui seront très peu résistant (par exemple, un filage trop rapide, avec des fibres plus courtes et un tissage peu serré).

Hé oui, la fibre est la pierre de fondation du tissu, mais TOUTES les étapes de fabrication ont également un impact sur le comportement final.

5-Culture consomme beaucoup d’eau

Le coton consomme énormément d’eau pour sa culture et pour son traitement. C’est une réalité qu’on préfère souvent oublier sur le coton. Les chiffres sont affolants. La culture et le traitement pour produire 1 kg de tissu en coton demande pas moins de 10.000 litres d’eau.

cueilleuse de coton moissonneuse

Ouch.

C’est tellement énorme que la culture du coton est même responsable de l’assèchement de la mer d’Aral.

Bref, le sujet est brulant. Mais heureusement, le coton bio consomme beaucouuuuup moins d’eau. J’ai fait une analyse complète du pourquoi du comment le coton bio est effectivement moins consommateur en eau.

6-Représente 25% des fibres textiles mondiale

Aujourd’hui le coton n’est plus vraiment dans la course pour la première place pour la production de fibre au niveau mondial. En effet depuis l’essor des fibres synthétiques à la fin du XXe siècle, le coton ne représente plus que 25% de la production mondiale contre le polyester qui fait la course en tête avec plus de 50% de la production mondiale.

recolte du coton stockage

7-Représentent 25% des pesticides mondiaux

Le coton n’est pas la fibre jolie et propre sous tout rapport qu’on peut imaginer. Comme vu plus haut elle consomme énormément d’eau pour sa culture et son traitement. De plus, alors qu’elle ne représente que 2% des terres cultivables à travers le monde, cette culture consomme 25% des pesticides mondiaux.

Cette façon extrême de répondre à la demande pour des fibres les moins chères possibles a des conséquences dramatiques sur les sols, la pollution des rivières, la santé des travailleurs, etc.

8-Boom des cultures seulement à la fin du 19 e siècle.

Vous pensez que vous ne pouvez pas vous passer du coton dans votre garde-robe ?

Mars-ELLE tissu biologique organic fabric GOTS jersey couture

Et pourtant cette fibre est « relativement récente » sur la scène occidentale.

La culture et l’exploitation du coton ont commencé à exploser que à la fin du 19e siècle.

C’est une culture qui a d’abord touché les États-Unis. Cette culture est intimement lié à l’histoire de l’esclavage. Le climat outre Atlantique est bien plus adapté à cette culture qui demande des fortes chaleurs et de l’eau.

Au début du XXe siècle, le lin et la laine étaient beaucoup plus utilisés pour les vêtements en Europe. Les cultures de coton en Europe sont extrêmement réduites. Cette fibre ne s’est imposée qu’au moment où les exportations et les transports tout azimut sont devenus la norme.

Culture du coton fleur de coton
On oublie aussi que la fleur de coton est très belle et délicate. ❤️

Mieux connaître se tissus : une démarche de passionnée

Pour aller plus loin :

Guide pratique des tissus Mango editions
Mars-Elle

Author Mars-Elle

More posts by Mars-Elle

Laissez un commentaire

✄ Envie de Vraiment comprendre vos tissus ? 

➨ Demandez vos 10 fiches gratuites pour ENFIN comprendre tous les secrets de vos tissus et ne plus vous tromper :