0

 

Le grand tri dans votre garde-robe est terminé ?

 

Il est temps de mettre dans des grands sacs les vêtements que vous ne voulez plus : ceux qui sont trop grands, les trop petits, ceux que vous ne mettez plus, qui sont tachés ou usés et tous ceux presque neufs que vous n’avez presque jamais mis parce que finalement ils ne vous allaient pas si bien…

 

Et ces grands sacs, vous les portez aux points de collecte des vêtements usagés ?

Et puis après ?

Que deviennent-ils ?

 

 

En France, 10% des vêtements et chaussures qui ne sont plus portés finissent dans des points de collecte pour le recyclage (environ 3 kg par an et par personne). Autrement dit, seulement 10%. La majorité des textiles terminent leur vie sur un dépôt d’immondice ou dans un incinérateur.

 

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement

Pas vraiment l’endroit de rêve pour la fin de vie de nos vêtements…

 

Quand on sait qu’un français achète en moyenne 30 kg de nouveaux vêtements chaque année, on regrette que le circuit de collecte des vêtements usagés ne soit pas plus développé. En Allemagne par contre, 70% des vêtements retournent à un point de collecte à la fin de leur première vie.

 

Les points de collecte ont pour but de prolonger la vie de votre vêtement ou de le transformer, de tirer le meilleur parti de la matière première qui a servi à les fabriquer. Recycler c’est donc faire durer la matière et réduire directement la consommation de matière première. C’est une vraie économie.

Plusieurs secondes vies sont possibles pour les vêtements et les textiles collectés.

 

Par contre, dans les points de collecte « classiques », les vêtements ne seront pas donnés au plus nécessiteux. L’idée reste bien ancrée dans les esprits mais cela ne représente qu’une toute petite proportion de la collecte. Recycler ses vêtements à travers ces bornes de collecte,, ce n’est plus une action de charité mais bien un réflexe positif pour l’environnement et dans certains cas une action de soutient pour l’emploi précaire local.

 

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement

Mais que ce cache-t’il derrière ces grandes boîtes ??

 

Si vous voulez que vos vêtements servent aux personnes dans le besoin, dans ce cas, renseignez vous auprès des associations concernées. Sélectionnez les vêtements demandés par l’association. En effet, ces structures sont très vite encombrées par des vêtements non-triés ou peu pertinents ce qui peut entraver leur action.

 

Le tri et le recyclage des vêtements : ici ou ailleurs ?

 

La première étape que subissent TOUS les textiles collectés comme vêtements usagés est un nouveau tri. Il vise à orienter chaque pièce vers une des différentes filières de traitement. Chaque vêtement est analysé et catégorisé en fonction de son état général, de la qualité de son design et de ses finitions, de sa propreté, du type de fibre, de ses couleurs, etc.

 

Ce tri est complexe et très important pour la suite du traitement dans chaque filière, il est, à ce jour, entièrement manuel. Cela représente un travail important, donc couteux. Pour réaliser cette étape, il existe deux types de sociétés :

 

◆ Premièrement, les Entreprises Sociales et Solidaires (ESS). Ces entreprises emploient des personnes peu qualifiées, souvent en situation professionnelle précaire dans le pays de collecte. Les ESS ont un impact positif non seulement par leur activité de recyclage mais aussi d’un point de vue social : elles forment leur personnel et l’emploient dans un cadre stable.

◆ Deuxièmement, des sociétés à but exclusivement lucratif. Ces sociétés mettent en œuvre des stratégies visant à minimiser les coûts et maximiser les profits. A ces fins, elles exportent les vêtements collectés et délocalisent l’étape de tri dans un pays ou la main d’œuvre est moins coûteuse (par exemple le Maghreb). Le coût du transport en dehors d’Europe est largement compensé par le gain en salaires et en charges sociales (Trop cher le pétrole, vraiment ?).

 

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement

Le Relais à Bordeau. Photo: FABIEN COTTEREAU

 

Les objectifs de ces modèles d’entreprise sont clairement très différents et même si le changement de vie de nos vêtements est semblable, les moyens utilisés ont des impacts sociaux locaux très différents.

 

Les textiles recyclés : Réutilisation, recyclage ou destruction ?

 

Les textiles usagés seront distribués vers 4 grandes filières :

  • La vente en seconde main.
  • La production de chiffons pour l’industrie.
  • Le recyclage des fibres textiles en fibres neuves.
  • L’élimination pure et simple.

 

1 – Réutilisation et seconde-main

 

Les vêtements en bon état, propres et sans trop d’usure seront vendus à des magasins de seconde main. Cette filière est de loin la plus durable. Elle prolonge la vie du vêtement en limitant les interventions qui consomment des matières premières, de l’énergie, des produits chimique, etc.

 

Cette catégorie de vêtement représente 50% du total des vêtements donnés dans les points de collecte.

 

Un dixième des vêtements sont collectés et 50% d’entre eux sont revendus en seconde main. Donc 1 vêtement sur 20 devrait être un vêtement de seconde main. Pourtant, même si la fripe est en vogue pour le moment en France, on est loin du compte…

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement

Alors, où vont ces vêtements de seconde-main?

 

La grande majorité de ces fripes sont vendues en Afrique, au prix de gros, au kilo.

 

Et vous imaginez bien qu’envoyer nos fripes au prix de gros sur les marchés africains a un impact considérable sur l’industrie textile locale. Depuis 2016, 4 pays africains essayent de s’affranchir de cette « aide écrasante » en refusant l’importation de la fripe américaine.

 

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement

Crédit photo: Oxfam

 

De plus avec l’avènement de la fast-fashion, la qualité des vêtements de seconde-main est elle aussi en chute libre.

 

2 – Chiffon et mécanique

 

Une partie significative des vêtements et tissus collectés se retrouvera dans l’industrie lourde comme chiffon. Les travaux mécaniques nécessitent l’utilisation de chiffons tout venant pour dégraisser mais aussi de chiffons propres non pelucheux pour nettoyer et essuyer les pièces de précision.

 

C’est une seconde utilisation de vos chutes de tissus dont vous ne savez plus quoi faire.

 

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement

 

Ces chiffons sont parfois lavés et réutilisés, mais le plus souvent ils finiront très vite leur vie dans un incinérateur.

 

3 – Recyclage et balbutiements technologiques

 

Les textiles qui pourront être recyclés représentent 25% des textiles collectés. Dans ce cas, les tissus seront complètements désassemblés, déstructurés, fondus ou dissous de façon à produire de nouvelles fibres. Il existe plusieurs processus : mécanique, thermique ou chimique. Chaque processus est adapté à un type de matière première.

 

A ce jour, les technologies de recyclage des fibres textiles sont en plein développement. Les challenges sont nombreux : textiles de qualités multiples, fibres mélangées (coton –élasthanne, quel processus : pour coton ou élasthanne ?), qualité de la fibre finale (longueur, résistance), etc.

 

Aujourd’hui, la majorité des fibres textiles recyclées sont utilisées pour faire :

  • des couvertures bas-de-gamme principalement à destination des pays en voie de développement.
  • Des feutres qui serviront comme renfort dans les voitures ou dans la literie, comme textiles utilisé dans l’agriculture
  • Des isolants thermiques. Les fibres sont liées entre-elles pour former des panneaux utilisés pour faire des cloisons ou des plafonds.

 

C’est ce qu’on appelle du « down-cycling », autrement dit, du recyclage dont le produit fini est de moindre valeur que le produit recyclé.

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement

Le recyclage de fibre textile pour en re-faire des vêtements est en développement mais reste extrêmement confidentielle pour le moment.

 

4 – Fin de vie immédiate : incinération

 

Enfin, les vêtements et textiles qui ne sont acceptés dans aucune des filières ci-dessus sont directement incinérés et transformés en énergie. Cela représente 10% du total des vêtements collectés en France.

Ces vêtements sont :

  • ceux qui sont usés et tachés et qui ne peuvent pas être revendus en seconde main,
  • ceux qui sont sales ou humides et qui ne sont pas appropriés pour servir de chiffons absorbants,
  • ceux dont la matière, les teintures ou les finitions ne permettent pas le tri et le recyclage dans une filière standard.

 

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement

On appelle ça de la « valorisation énergétique »… Bref, on brule ce qui reste pour produire de l’électricité.

 

Fin de vie durable pour nos vêtements recyclés ?

 

Aujourd’hui, la collecte des vêtements est primordiale pour garantir une utilisation optimale des matières premières textiles. Si vos vêtements sont en bon état, vous pouvez organiser vous même leur seconde vie en les donnant ou en les revendant.

 

Faire « durer » est à l’évidence l’action la plus durable !

 

Cependant pour permettre un bon fonctionnement de ces filières, il est important de trier, laver, sécher vos vêtements à recycler.

 

Gardez à l’esprit qu’un vêtement sale ou humide finira sa vie directement dans l’incinérateur : triste.

 

Est ce que la collecte, le tri et le recyclage de nos vêtements usagés a vraiment un impact positif sur l’environnement ? (spoiler alert : c’est OUI)

Quel est l’impact de nos achats fripes à trois-francs-six-sous sur l’économie des marchés africains ?

Quels sont les challenges actuels de l’industrie du recyclage textile ; comment éviter le down-cycling ?

 

Les questions sur le sujet sont nombreuses et dans les prochains articles nous allons continuer à analyser l’impact et la valeur de ces filières plus en détail.

 

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement

 

En attendant, recyclez les vêtements que vous ne portez plus, même vos cousettes !

 

Renseignez-vous sur l’association qui va prendre en charge vos vêtements usagés.  Vous l’avez compris, elles n’ont pas toutes la même finalité, ni les mêmes processus de tri. Mais quoi qu’il arrive, donnez vos vêtements dans un point de collecte. Ils y seront mieux traités que dans la benne à ordure.

 

📌 Psssst: Envie de garder cet article sous la main ou de le partager ? Alors, épingle-le sur Pinterest  📌

 

vêtement recyclage seconde main fast fashion durable collecte vêtement infographie

 

Sources des chiffres: ADEME (Agence de l’Environnement et de la maitrise de l’Energie)

Pour aller plus loin sur l’impact de la fripe en Afrique:  Oxfam

 

 

 

 

 

 

✂  Envie de VRAIMENT comprendre vos tissus ?

✂ 10 fiches mémo pour connaître tous les petits secrets sur vos tissus et ne plus jamais vous tromper :

Mars-Elle

Author Mars-Elle

More posts by Mars-Elle

Join the discussion 6 commentaires

  • cyqlaf dit :

    30 kilos par an … & par personne. Sérieux, c’est effarant ! /* Sans doute moins que l’écart-type sachant que moi, c’est pas loin de 0 par an pour tout le foyer !!! Est-ce que l’argument « oui, mais on économise 120 kg par an » reste en jeu face à un « Dis-moi, c’est quoi ce tissu ? » */
    & sinon, j’ai toujours mis à la benne SAUF quand je peux donner en main propre à une personne /* ou une association, un orphelinat (oui, j’ai un orphelinat dans ma ville, je sais, c’est moche), à des copines, à la famille, …. */ parce que je préfère donner pour que cela soit remis. Bon, ok, c’est plus facile avec des vêtements enfants que pour mes robes 🙂 !
    & je retaille dans mes cousettes. Blouse trop petite = doublure de sac par exemple.

    • Mars-Elle dit :

      C’est certain que le plus efficace et durable, c’est de donner à qui sera intéressé dans sont entourage ou de réutiliser directement avec les modifications, réparations qui s’imposent. Mais tout vêtement fini par arriver à un point ou il ne peut plus être réutilisé (sauf pour faire le rembourrage du coussin du chat, mais j’ai pas de chat 😉 ) et à ce moment là, il peut encore servir via ces bornes de collecte!

  • Très intéressant. J’ai entendu parler de « la fibre du tri ». est-ce eux derriere tous les points de collecte de nos villes, qui fournissent ensuite aux sociétés qui vont trier ?

    • Mars-Elle dit :

      Pour le peu que j’en sais, « la fibre du tri » est une association qui a pour but de sensibiliser les consommateurs au tri de leurs vêtements usagés. Mais ce ne sont pas eux qui sont en charge de la collecte. chaque associations ou entreprises est généralement en charge de réaliser sa propre collecte.

  • Sifhel dit :

    J’ai toujours eu le réflexe de déposer mes vieilles fringues inutiles dans les points collecte. Ce n’est pas bien compliqué et il y en a un peu partout. Mais quand ont voit que les gens ont du mal à faire trois pas pour mettre un simple détritus à la poubelle, je ne suis pas étonnée que peu fassent « l’effort » d’aller jusqu’à une benne de collecte. Par contre j’ai toujours cru que c’était les déchetteries de chaque zone qui géraient ces bennes et la distribution/tri, du coup avec ton article je comprends mieux pourquoi avec les poubelles de tri (cartons/plastiques/ménagers) il n’y a jamais eu une poubelle spéciale vêtements collectée environ une fois par trimestre (à ma connaissance).
    Sinon je me demande comment font les gens pour acheter 30kg de tissu par an !!? C’est énooorme O_O. J’suis loin du compte avec mes achats de 3 t-shirt et 3 culottes annuelles ahah.

    • Mars-Elle dit :

      ET 30 kg par an, c’est une moyenne. Ce qui veut dire que pour chaque personne comme toi et moi qui achetons… beaucoup moins, ils y en a qui achètent beaucoup plus !

Laissez un commentaire

✂  Envie de VRAIMENT comprendre vos tissus ?

✂ 10 fiches mémo pour enfin connaître tous les petits secrets sur vos tissus et ne plus jamais vous tromper :