0

En automne 2020, je me suis empressée de coudre cette nouvelle popeline au motif Ginkgo. Ce motif m’est extrêmement cher (et si vous voulez en savoir plus sur comment j’ai failli ne pas le créer, ça se passe ici).

Je voulais coudre ce tissu.
Je voulais le porter.
Mais je voulais aussi un patron qui le mette en valeur.

Mars-ELLE tissu biologique GOTS

Le choix du patron

Pour le choix du bon patron, je peux être super tatillonne.
Je veux un patron qui :

  • Remplisse mes conditions de base (ici une blouse ou un chemisier)
  • Et qui m’amène cette étincelle, ce coup de cœur, cette attirance qui est très personnelle.

Et le patron Paule de Anna Rose Pattern, semblait cocher toutes les cases. 👚

La découpe du col et des bracelets de manches apporte ce twist et cette étincelles très délicate et féminine à une blouse toute simple.

Mais l’étincelle de base ne garantit pas une couture sans dérapage…

couture popeline femme

Problème dans le choix des détails

Ce patron de blouse est souvent présenté avec un col et des bracelets de manches contrastés. Cependant je voulais surtout mettre en valeur ma popeline Ginkgo et ce motif entre ombre et lumière.

J’ai donc très vite pris l’option des empiècements dans le même tissu.

Cependant, la forme des empiècements est exactement ce qui me fait craquer sur ce modèle. Alors comment mettre aussi le patron en valeur sans utiliser de tissu contrastant ?

Et c’est probablement à ce moment-là que j’ai pris des décisions pas tout à fait adaptées à ce patron….

Je me suis laissée emporter par mon amour pour le passepoil. 🙈

tissu bio Ginkgo bleu nuit

Tissu d’amour + patron étincelle + passepoil = cœur ?…. Enfin pas toujours.

J’ai choisi un passepoil ton sur ton. Pour souligner simplement les jolies découpes de ce patron. Et cette décision fonctionne très bien pour les bracelets de manches. Mais pour le col… ce n’était probablement pas l’idée du siècle.

En effet, le passepoil vient rigidifier l’encolure. Et l’empiècement ne se positionne pas correctement lorsque je bouge mes bras et mes épaules. Ce qui arrive naturellement assez souvent dans la vraie vie.

Bref… à l’usage je me suis rendue compte que pour des journées un peu « toniques » ça me gênait.

Et malheureusement ce mauvais choix de finition n’est pas le seul problème… 😧

couture blouse femme Popeline bleu Mars-Elle

Problème morphologique

Je n’ai pas fait de toile pour ce patron… J’ai bien pris mes mesures et coupé la taille indiquée (pour info : T40). Mais malheureusement les pinces poitrines tombent beaucoup trop haut (ou est-ce ma poitrine qui tombe beaucoup trop bas ?).

Le motif couvre VISUELEMENT ce défaut morphologique.
Même un œil averti ne voit pas que ces pinces arrivent biiiiiien au-dessus du volume d’origine. 😭

Mais ces pinces ne sont pas là pour « faire joli » ou pour indiquer la position du mamelon. Elles sont là pour permettre au vêtement d’épouser plus facilement les courbe du corps. Et dans mon cas, la mauvaise position des pinces par rapport à ma morphologie implique que la blouse à une tendance à mal se positionner sur le haut…

tissu bio Ginkgo bleu nuit

Alors ces deux erreurs, le passepoil qui rigidifie et les pinces beaucoup trop hautes, ont malheureusement des effets qui se combinent sur la coupe de la blouse lorsque je bouge.

Retour d’expérience et futur probable de ma blouse

Le premier retour d’expérience est le plus évident.

Dans le doute : faire une toile.

Même rapide, pour positionner les éléments principaux. Je suis de l’équipe des impatients. Pour beaucoup de choses. Mais pour les cousettes, ça vaut tellement la peine de prendre un peu de temps pour vérifier et adapter ce type d’éléments assez fondamentaux.

Le second retour d’expérience est de faire attention à ma folie de passepoil. Oui le passepoil, c’est la vie. Mais peut-être pas dans toutes les circonstances. Et en réfléchissant à postériori à ma blouse Paule, je pense que j’aurai pu mettre un passepoil, mais sans la cordelette à l’intérieur. Ça aurait apporté le petit plus pour souligner la découpe mais sans cartonner
l’encolure.

Bref, quand on se trompe on apprend. 🌱

couture blouse coton popeline Mars-Elle

Mais cette petite blouse, je vais en faire quoi alors ?
Et bien je vais d’abord lui donner le bénéfice du doute. Parce que malgré tous ces défauts, je l’aime vraiment beaucoup. Jusqu’à présent la saison n’était pas très propice à la sortir de ma garde-robe. Mais je vais lui donner une année complète pour voir si je peux quand même en profiter et la porter avec plaisir.

Sinon quatre options s’ouvriront à moi :

1- La laisser dans la penderie et sentir mon cœur se serrer à chaque fois que je la croiserai du regard (#vismaviededramaqueen)
2- Trouver une personne qui porte des soutien-gorge super push-up et qui serait heureuse d’adopter ma petite blouse
3- Découdre le passepoil et ajuster le col
4- Complètement démonter la blouse et utiliser le tissu pour faire d’autres choses (trousse, bees-wrap, sac-à-vrac, etc)

Bref, le cas n’est pas tout à fait désespéré. Mais pour le moment, j’attends l’automne pour pouvoir vraiment en juger ! 🍂

Mars-Elle

Author Mars-Elle

More posts by Mars-Elle

Join the discussion 10 commentaires

  • Chanch’ dit :

    Bonjour, je viens de faire la même erreur avec ton tissu paon doré – j’ai voulu mettre du passepoil ! L’horreur, on aurait dit un plastron de super héros… (je bossais sur une variante de la chemise girouette)
    J’ai tout décousu, ca marche quand meme ! Decoudre etait ma lecon de cette cousette (j’avais fait des toiles et tout mais j’ai voulu mettre le petit detail qui tue – et en effet, c’etait mortel(lement moche).
    Merci pr les beaux tissus !

  • Marie Line dit :

    Dès que j’ai vu cette blouse j’ai trouvé qu’avec le Saïki dans ton sergé marine, ça allait super bien !
    L’imprimé sauve tout, il est dense, il est si beau, donc sur les photos je n’ai pas vu au premier abord les défauts. Dans la vraie vie, s’il faut sans arrêt tirer sur la blouse pour la remettre en place (à la manière d’un vieux sketch de Fernand Raynaud….) c’est agaçant à la longue. Et puis on en arrive à ne voir que les erreurs.
    Ma solution serait de la refaire, en mettant en place les rectifications envisagées. Comme tu connais le patron, ça ira vite… Et peut-être conserver cette blouse en la transformant en chemisier boutonné…
    Bonne couture. Cette blouse m’inspire beaucoup.

  • Mélanie Cohen dit :

    Vous ne pouvez pas déplacer la pointes des pinces poitrines et enlever le passepoil?

    • Mars-Elle dit :

      Déplacer les pointes des pinces, c’ets un peu compliqué. à ce stade. il aurait fallu les re-dessiner sur AVANT de couper le tissu. par contre retirer le passepoil, c’est possible. si je trouve le courage de me réatabler devant ma machine à coudre. Mais je vais attendre un peu. peut-être que je vais finalement la porter comme ça…

  • Helyette dit :

    Si tu n’avais pas parlé des passepoil je ne les aurai même pas remarqués…
    Pour les pinces, ce que je fais pour être rapide et voir si ça déconne complètement, c’est de positionner le patron papier sur moi, c’est pas de la grande grande précision, mais ça permet de voir si c’est déconnant ou pas. (j’aime pas les toiles, c’est pas nouveau !) ou alors, je découpe mon tissu avec une grande marge, et je plie la pince pour voir ce que ça donne (ça c’est plutôt quand je fais un patron en moulage directement sur moi😅).
    Elle est quand même belle ! Mais je met pas de push up, et je fais plutôt du 36,sinon je me serai portée volontaire, faut pas gâcher le tissu tu sais 😍😂🧚‍♂️.
    Bisous

    • Mars-Elle dit :

      Je ne suis pas non plus une fana des toiles 🙈. et vraiment je ne sais pas pourquoi je ne fais pas cette technique de bâtir avec des grandes marges parce que je fais ça toujours pour coudre mes pantalons… Mais finalement, je pense qu’elle est quand même pas mal cette petite blouse après l’avoir portée toute la journée !

      • Framboisine dit :

        Sans être fan des toiles, c’est pour moi un indispensable. Sans cela, aucun patron ne m’irait d’emblée… Déjà, je suis bien ronde (T.52), et un détail morphologique mal réglé sur un tel volume, c’est la catastrophe visuelle assurée, sans compter l’inconfort. En plus de ça, mes épaules sont étroites, du coup je dois enlever entre 3 et 4 cm de carrure à chaque fois, histoire que les épaules tombent correctement.
        #teamtoileforever

      • Mars-Elle dit :

        C’ets clair que ce n’est pas chouette de faire des toiles. mais c’est vraiment sympa que tu ai trouvé ton mode opératoire pour vraiment avoir un résultat qui te plait. C’est vrai que avec le prêt à porter on a l’impression qu’un corps doit être “standards” alors que pas du tout… C’est vraiment top de pouvoir adapter nos couture à nos corps, et pas le reste.

  • Parfois, il faut se laisser le temps, mais de tes analyses, je doute que tu optes pour la garder sans a minima redéfaire un truc! Et pourquoi pas l’option 3 en début de saison pour te permettre de juger si le reste passe? M’enfin, je dis ça, question de temps dispo bien sûr : redéfaire est un exploit que je peine vraiment à mettre en oeuvre quand j’ai foiré un détail d’un vêtement, surtout si je m’en aperçois au fur et à mesure des portés (si je l’identifie tout de suite, je m’efforce de reprendre avant de le mettre dans mon dressing!)

    • Mars-Elle dit :

      Là, il faut vraiment que je prenne le temps de la porter un peu plus… je pense que je peux éventuellement la modifier. mais je suis comme toi… c’ets de l’ordre de l’exploit. en même temps je l’aime beaucoup. alors ça méritera peut-être un exploit. affaire à suivre !

Laissez un commentaire

✄ Envie de Vraiment comprendre vos tissus ? 

➨ Demandez vos 10 fiches gratuites pour ENFIN comprendre tous les secrets de vos tissus et ne plus vous tromper :